Oeuvre 1 de Nakhla

Oeuvre 1 de Nakhla
Artiste :
Matériaux : Mixte
Support : Toile
Format : 81 x 95 cm -- Grand
Style : Moderne
Prix : 18 000 Dirhams -- 5 000 DH à 20 000 DH
Conversion :
Référence : Réf.020 as-td
Mise en relation ?

Source : Maghress

 

Dans l'univers implacable du milieu des arts plastiques au Maroc, Mohamed Nakhla reste un artiste tout à fait singulier travaillant dans la discrétion et la simplicité sans un brin d'ambition («la folie des grandeurs ne l'a jamais atteint»), mais sa foi est forte dans son talent, car il croit fermement en son étoile, selon le critique C. Laâbi…


Cependant, excellant dans les portraits (surtout ceux des vieux), il avait de tout temps cette passion des souks traditionnels, cherchant de toute évidence l'inspiration et la matière avec un penchant flagrant des riches couleurs chaudes et éclatantes. «Je suis un accroc des souks», vous dira-t-il.


En revanche, c'est tout à fait étrange qu'il ait changé de cap dans sa recherche plastique en s'orientant cette fois-ci vers un surréalisme particulier avec comme références l'Allemand Mark Ernest et l'artiste légendaire Salvador Dali, connu par son extravagance et son génie exceptionnellement créatif.


Fort expérimenté par cette nouvelle forme d'expression plastique, Mohamed Nakhla nous propose finalement une œuvre artistique qui puise sa quintessence et sa signification dans les symboles marocains qu'on retrouve souvent dans les designs du henné, du tapis marocain (berbère) ou «hanbal», des tatouages de certaines régions, tout en utilisant les vertus de la calligraphie arabe.


Or, dans ses créations hétéroclites, nous constatons un certain mariage entre les formes, les objets disparus de la vie quotidienne, les symboles et bien entendu la peinture ; le tout donnant naissance à une œuvre plastique plutôt décorative que picturale.


Toutefois, l'artiste en question utilise une peinture naturelle issue de matière végétale fabriquée d'une manière artisanale telle la croûte de noix, le henné, le safran entre autres.
Toujours est-il que Mohamed Nakhla, malgré sa formation académique au Maroc et à l'étranger (Lyon, Paris), se veut un artiste vivant son temps et son époque, celle du Pop Art, de l'abstraction et du surréalisme, sans oublier son identité et sa marocanité que l'on retrouve aisément dans toutes ses créations.