Quadrillage de Mellakh

Quadrillage de Mellakh
Artiste :
Matériaux : Huile
Support : Toile
Format : 100 x 80 cm -- Grand
Style : Moderne
Année d'exécution : 1989
Prix : 15 000 Dirhams -- 5 000 DH à 20 000 DH
Conversion : 1304.35 €
Référence : Ref.1694 as-td
Mise en relation ?

Principales expositions

2010 . Galerie Vintage . Paris
2009 . Galerie Younique . Paris et L'AFD . Paris
2008 . Galerie nationale Bab Rouah . Rabat
2006 . Palais des Congrès . Marrakech
2006 . Galerie MémoArts . Casablanca
2005 . Marrakech Art Galerie . Marrakech
2000 . Seuil de l'Atlas . Galerie Bassamat . Casablanca
1998 . Galerie Le Portal . Québec
1984 . Galerie Théo . Montréal
1972 . Galerie nationale Bab Rouah . Rabat
1970 . Galerie CCF . Marrakech

 

Source : http://www.babelfan.ma/tous-les-artistes/details/36/360/abdelhay-mellakh...

Né en 1947 à Marrakech, Abdelhay Mellakh fait ses études universitaires à Rabat et à Paris. Il fréquente assidûment l’atelier du peintre Ben Allal, dirigé par Jacques Azéma.

En 1973, il participe, à côté d’un groupe d’artistes marrakchis, appelé Situation 73 , à l’exposition manifeste des Jeunes Peintres à la place Jamaâ El Fna, organisée notamment en réaction à la rareté des galeries d’art à l’époque à Marrakech et à la difficulté pour les jeunes artistes d’y exposer leurs travaux.
Membre-fondateur de l’association marocaine des arts plastiques (AMAP) en 1974 et du Syndicat des plasticiens marocains (SPM) en 1988. Mellakh est co-fondateur de la Mutuelle générale des artistes marocains.
Il vit et travaille à Casablanca.


Après sa formation universitaire, Mellakh fonde sa démarche et trouve sa voie : les signes et le symbole. Ce choix n’est certes pas fortuit. L’influence du patrimoine marocain et les réminiscences de l’inconscient collectif nourrissent sa recherche qu’il qualifie «d’impressionnisme gestuel».
C’est le signe qui fonde sa démarche et lui donne une spécificité. La couleur se faufile derrière un échafaudage caractéristique des symboles : l’oeil, le triangle et la main. Le tout orchestré dans une ambiance de «talisman» pour revaloriser une culture populaire ancrée.

C’est au milieu des ruelles agitées de Marrakech où l’animation s’adresse à tous les sens, que l’artiste a su maîtriser son rapport à l’espace. Il est tantôt ébloui par les graffitis et symboles tatouant les murs têtus, tantôt fasciné par les bottes de laines affranchies de couleurs foudroyantes.
Ainsi, Abdelhay Mellakh présente des toiles aux couleurs riches, chaudes ou froides avec des signes-symboles quasiment omniprésents. La colombe symbolise la paix. Quant au foetus, il représente « la créativité, la naissance, la continuité, la vie ». L’oeil, c’est la sagesse et le savoir.


Quelques énigmatiques pyramides, des lettres arabes calligraphiées, des spirales, des mains couvertes de dessins évoquant le henné.


Par ailleurs, la lumière est la vraie matière de sa peinture. Ses peintures sont de plus en plus « un jeu monumental de la couleur entre transparence et opacité par les seuls moyens de la peinture pure ». Les accents des effets colorés créent une atmosphère, un espace, confrontés à la frontalité et au cadre.